Snesup Lille 1

Réunion des 3 CT du 23 novembre 2016

mercredi 23 novembre 2016 par Christophe Vuylsteker

Secrétariat 3CT :

C Vuylsteker FSU lille 1 se porte volontaire tout en s’interrogeant sur l’utilité de cette fonction sachant qu’à ce jour, aucun PV n’a jamais été soumis aux 3 CT pour adoption.

Déclarations liminaires :

C Vuylsteker lit la déclaration FSU Lille 1 qui a été diffusée à tous les membres de ce 3 CT par mail.

P Enclos (FSU Lille 2) : le PV de la séance du 22 juin que j’ai signé en tant que secrétaire de séance, n’a toujours pas été soumis à l’adoption. Sur la convocation de ce 3CT, le changement tardif de la date perturbe le calendrier. Cela a été fait sans consultation. J’ai protesté, n’ai pas eu de réponse.
Sur la diffusion des documents préparatoires, de pire en pire : on reçoit le 18 novembre le document sur lequel on est sensé émettre un avis. Le règlement intérieur du CT de Lille 2 précise que le délai de transmission des documents doit être d’au moins 15 jours avant la réunion, à titre exceptionnel 8 jours ! Je proteste de façon formelle. De plus les documents sont complètement lacunaires.
Cette pratique est la négation du fonctionnement démocratique de l’université, qui figure pourtant dans les textes depuis la loi Egard Faure.
L’année dernière, nous avions eu le document en anglais. On apprend par voie de presse que le CA de Lyon 3 a repoussé l’engagement à la candidature IDEX, il n’y a donc plus de concurrence. Donnez-nous le document !
Ne soyez pas étonnés que nous émettions un avis négatif ce jour.

G Hilmoine (FSU Lille 3) : demande des précisions sur sur le déroulement de cette séance : durée de la présentation, temps de débat et souhaite disposer d’un temps de parole pour une explication du vote pour lequel il a été mandaté.

Rép F Blaise (Présidente de Lille 3) : présentation de 10mn-15mn.

F Blaise :
Sur la date de diffusion, il me semble que vous auriez été encore plus mécontents si l’on avait convoqué ce 3 CT après la date de dépôt. Ce qui était possible puisque la lettre d’engagement n’est demandée que pour janvier.
Notion du secret : Lyon 3 sorti, mais cela n’empêche pas que Lyon reste un candidat sérieux. Il sera très difficile même pour un jury impartial de ne pas lui attribuer une IDEX. Il y a aussi les I-Site, Montpellier a converti sa candidature IDEX en I-site. Personne ne présente le dossier devant ses instances. Nous sommes toujours en train de finaliser le dossier. D’ailleurs les titres ont changé dimanche. Même si on avait voulu, on n’aurait pas pu diffuser le projet.
Travail abattu par les chercheurs qui ont travaillé sur le dossier, ne voit pas l’intérêt particulier que je défendrais et si c’était le cas, je n’y passerais pas mes jours et mes nuits.
Ce dossier vise à répondre aux critiques émises la dernière fois. La commande entre les premiers PIA et les derniers a évolué. Les derniers mettaient en pré-requis, la fusion des universités. Maintenant, il nous est demandé de penser à l’université qui intégre les Ecoles notamment. D’où une université Lille Nord-Europe. L’université de Lille n’est plus un projet. Les membres fondateurs : UDL, CNRS, INRIA, INSERM, Centrale, ENSAIT, ENSCL, ENSAM, Ecole d’Architecture de Lille, ESJ, Mines-Télécom, Sciences Po Lille, CHR U de Lille, Oscart Lambret, Institut Pasteur.
Partenaires : FUPL, SKEMA, Artois, ULCO, UVHC, Université Catholique de Leuven.
…//...
Le projet a évolué : mettre dans un grand tout, recherche et formation, monde académique et monde économique, repousser les frontières. Il s’agit vraiment d’entraîner un territoire. Un label important pour l’ensemble des universités, des étudiants.
Lien avec les entreprises : expliquer ce que l’on fait pour augmenter le recrutement de nos étudiants.
Sustain and Expand : renforcer les forces mais l’on ne va pas se contenter de cela. Arroser là où c’est mouillé, cela fait pourrir le végétal aussi.
Recherche : Nous sommes partis du périmètre des EX, le CIRC (Cancer), les ERC, les IUFs
Les Hubs ne sont pas des tubes. Ils sont déjà multidisciplinaires et ont des échanges entre eux.
Pourquoi pas modestement une I-Site ? Les forces sont réparties entre nos établissements : 34% des EC et Chercheurs de nos établissements sont dans le périmètre d’excellence.
La version française n’est demandé que le 5 Janvier.

Hub : La médecine de précision : avancer sur les problèmes de data. La recherche fondamentale devient de plus en plus avancée mais l’on a toujours plus d’obèses par exemple. Comment atteindre la cible ? Ne pas travailler sur une maladie chronique mais sur l’environnement.
Maîtrise technologique et de la communication.
Hub : Science pour une planète en évolution. Travail sur le changement qui perturbe l’atmosphrère : particules. Bio-économie. Histoire des Sciences : au début du XXième siècle, il y avait des solutions alternatives. Le nucléaire, nous avons des centrales dans la région et nous avons de la recherche là-dessus dans nos laboratoires.
Hub : les technologies respectueuses de l’Humain dans le monde numérique. Outils de maîtrise des big data. Ces hub traitent de la santé, de l’environnement et de l’intelligence.
Le ministère nous a dit, c’est bien, vous avez plein de spécificités, la région la plus polluée, le plus de maladies, de pb sociaux.

La formation : intimement liée à la recherche. Travailler à des Graduate Schools.
PIA 3 : contiendra des Appels à projets « Ecoles universitaires de recherche ».
Graduate School : lien étroit entre Master et Doctorat dans les hubs.
Attirer des étudiants de la terre entière mais aussi permettre à des étudiants de la région d’intégrer ; et pour cela : Des incubateurs doctoraux.
Leuven : tout un dispositif d’innovation pédagogique et numérique. Ce qu’ils ont fait nous intéresse et eux, ce qu’ils attendent : ils ne font de recherche sur ces questions.
Développement des « Learning Analytics » : des retours vers les enseignants et que les étudiants aient des retours pour leur permettre d’adapter leurs rapport aux cours.

Rapport entre ESR et monde socio-économique : un front office, un guichet unique. On voudrait aussi que sur des questions précises, l’entreprise, les chercheurs et les étudiants puissent travailler ensemble. Cela marche très bien en Lille -SHS.

L’international : mieux définir nos collaborations, les prioriser, dans les hubs, comment faire qu’il y ait une collaboration recherche et formation, et travailler ensemble sur Licence jusqu’au Doctorat.
Travailler avec nos partenaires transfrontaliers : commencer avec les universités belges avant d’irriguer le Nord de l’Europe. Le Brexit est une occasion. Les universités anglaises ne nous snobent plus maintenant.

L’IDEX sera géré par une fondation de coopération scientifique.

Débat :

G Hilmoine (FSU Lille 3) : diapositives, ait comparé les logos entre page de titre et page 2, on voit apparaître Leuven.
Rép F Blaise : on travaille au jour le jour. On avait pris le parti de rencontrer tous les partenaires. C’est eux qui ont dit que si vous voulez, on peut être partenaire dès maintenant.

G Hilmoine : les fondateurs. La liste s’arrête avant la FUPL. Qu’est ce qui a présidé à l’ordre des logos, mettre un institut catholique avant les partenaires publics. Ne souhaite pas voir le sigle de la FUPL qui se présente illégalement comme une université (catholique).
Rép F Blaise : ce n’est pas moi qui décide des logos. Leur place est parmi ceux qui possèdent des objets du PIA, IDEFI « ADICOM ».

G Hilmoine : une question sur un autre document, la lettre d’engagement IDEX, ne sait pas ce qu’est le hub « ... ». Ne sait ce que c’est qu’une gouvernance agile !
Le conseil d’administration de l’université de Lille approuve, l’UDL n’existe pas encore.

C Suquet (FSU Lille 1) : J’ai entendu que l’UDL n’est plus un projet et que cela ne contribuera pas à l’obtention de l’IDEX. Mais on nous a présenté pour la création Faculté des Sciences, qu’il était indispensable de montrer que l’UDL avance pour avoir l’IDEX.
Dans la logique d’une université intégrée, pourquoi ne pas intégrer les classes préparatoires ? Si on veut éviter un filtre qui détourne des meilleurs élèves des universités.
Les données (data), ce n’est pas un problème de leur nombre mais de la nature même des données. Avant, des données numériques, maintenant des données fonctionnelles (une courbe, un son, une image), éléments d’espaces de dimension infinie. Où sont les mathématiques là-dedans ? La recherche par projet, c’est bien mais il ne faut pas oublier la recherche fondamentale.

Rép F Blaise : les mathématiques sont très présents dans le hub 3. Le distinction entre recherche fondamentale et appliquées n’existe pas. Le but est évidemment d’avancer.

C Suquet : évidemment la question n’est pas relative à la spécialité des uns et des autres. Ai entendu une présentation au CA de Lille 1 dans laquelle les mots mathématiques sont apparues une fois à la fin de l’exposé.
Rép F Blaise : Lors de la présentation au CA de Lille 1, personne ne représentait le hub 3.

F Blaise : les SHS sont très peu dans le péridex. Il y a eu très peu d’équipements d’excellence en SHS. Du 5 % dans les hubs. L’UDL est un pré-requis absolu. Le PIA est en train d’organiser le paysage de l’ESR pour le rendre plus lisible. Ce n’est pas nous qui avons créé la diversité universités, Ecoles, organismes. Les CPGE : on a des petites CPGE dans nos universités. C’est une question qui se posera. On n’en est pas sur la construction de l’université cible.

C Suquet : ma dernière question. Le jury avait reproché de ne pas aller assez avant dans la gouvernance forte. Est-ce la gouvernance agile ? Cela me paraît difficilement compatible avec la démocratie universitaire.
Rép F Blaise : l’agilité, c’est ne pas attendre pour allouer les moyens.

JC Camart (Président Lille 1) : suis persuadé que le jury demandera quelles sont les avancées sur l’UDL. La Fac des Sciences est un grand projet. Partage l’intervention sur les CPGE. On connaît les lobbys dans le secondaire.

B Wallaert-Taquet (SNPTES Lille 1) : le hub 3, ai compris que vous n’aviez pas de spécialiste dans le comité de rédaction ? Le lien entre personnels et IDEX. Comment les personnels seront impliqués concrètement ? La fondation.
Rép F Blaise : cela s’est resséré sur 4 rédacteurs mais cela s’est fait avec les spécialistes concernés. Il y a des personnels.

G Hilmoine explication du vote. N’est pas mon expression, mais celle de ma section syndicale. Lit un CR de la réunion d’hier : Les collègues ont pris connaissance du courrier de la FSU-CGT à propos des Idex.
Lors de la réunion, il a été rappelé que nous étions opposés aux principes de l’IDEX et au mode de financement de la recherche actuel. Les critiques formulées sont justes.
En revanche, les collègues ont aussi souligné le fait qu’il était impossible de s’opposer à la candidature de l’UDL à l’IDEX à moins d’accepter de se priver d’un potentiel de financement non négligeable, quand bien même celui-ci s’appuie sur la mise en concurrence entre les établissements (ce qui est détestable, tout le monde en convient). La politique des Idex nous conduit à devoir candidater à une manière de financer que l’on déplore tant elle est injuste... Mais les collègues pensent qu’il vaut mieux tenter d’avoir des moyens supplémentaires quand bien même on déplore la méthode que de ne rien avoir du tout en n’entrant pas dans la course.
A nous ensuite de faire en sorte que les retombées de l’IDEX ne soient pas toutes dans le même panier... »

F Blaise : sur la mise en concurrence, on est tous d’accord. Me suis permis d’intervenir au niveau national. On ne peut pas dire que les universités exercent des missions de service public et mettre les établissements en concurrence quand il s’agit de pédagogie et de formation. Pour la recherche, c’est difficile. Diffuser les bonnes pratiques.

D Sanctorum (CGT Lille 1) : nous étions contre l’IDEX 1, les mêmes raisons aujourd’hui. Présence La Catho et de Catho Leuven. L’IDEX ne financera au mieux que des CDDs. Mise ne concurrence des personnels avec ses conséquences en termes de désorganisation des services. Une austérité en place dans nos établissements. Nous défendons un Enseignement Supérieur et une Recherche avec égalité de moyens sur le territoire national. Sur la région, on parle des conséquences mais les causes, la mise en compétition industrielle.

C Vuylsteker (FSU Lille 1) : demande que l’on fasse le point précis des représentants ayant droit de vote et l’identification des votes par organisation.

Le point fait par MD Savina (DGS Lille 1) :

Lille 1 :
FSU : 4 votants.
SGEN : aucun présent sur sièges
SNPTES : 2
CGT : 2

Lille 2 :
FSU : 5 votants
SNPTES : 2 votants sur 5 sièges.

Lille 3 :
CGT : 1 votant
SGEN : 3 votants
SNPTES : 2 votants
FSU : 1 votant

Votes :

Pour : 6 SNPTES (2 Lille 1 + 2 Lille 2 +2 Lille 3) , 3 SGEN Lille 3 et 1 FSU Lille 3.
Contre : 3 CGT (1 Lille 3 + 2 Lille 1), 9 FSU (5 Lille 2 +4 Lille 1) ,
Abstention : 0

Avis défavorable par 12 contre et 10 pour.


titre documents joints

déclaration liminaire FSU Lille 1 3 CT IDEX 23 nov 2016

23 novembre 2016
info document : PDF
78.9 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 180 / 140567

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers thématiques  Suivre la vie du site Restructurations universitaires régionales  Suivre la vie du site Courses à l’échalote (ou aux financements ) organisées (...)  Suivre la vie du site Initiatives d’Excellence  Suivre la vie du site Informations locales   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License