Snesup Lille 1

Notes du CA du 21 novembre 2014

samedi 22 novembre 2014 par Christophe Vuylsteker

Un CA clairsemé (à peine 12 membres présents) à l’ordre du jour était squelettique mais qui s’est tout de même éternisé jusque 19h !

Infos du Président :

- Le ministère nous a rappelé que le CA de la COMUE devait se prononcer sur les statuts de la COMUE (convocation pour le 8 décembre). Le passage au CNESER est repoussé au 16 décembre.

(NDLR : ce ne sera jamais que le second report (le premier faute de délibération de l’université d’Artois) et cela traduit bien l’amateurisme des présidences dans un tel dossier et le manque d’expertise juridique de la COMUE et du rédacteur principal des statuts).

- Versement de la masse salariale dernier trimestre : l’inquiétude est levée

(NDLR : la même Conférence des Présidents d’Université s’inquiète maintenant du budget 2015)

- PV du 10 octobre : adopté à l’unanimité

- PV du 24 octobre : adopté à l’unanimité

- Nomination du directeur de la station marine de Wimereux :

Conseil de la station : Unanimité des votants (NPPV pour le candidat).

Proposition adopté à l’unanimité par le CA.

- Bilan et perspectives du numérique à Lille 1 :

P. Mathieu

un diaporama qui étant donné sa taille en Mo ne sera pas mis sur le site. En voici la trame sans les images...

Politique générale
I Développer les usages à tous les niveaux
I Mutualiser sous tous les aspects
I Favoriser l’interopérabilité
I Maitriser les coûts
I Préparation à la fusion univ Lille
I Renforcer la politique de site (UNR, Noropale, ComUe)
I Présence active au niveau national (présidence Unisciel, FUN)
Actions incitatives
I Favoriser et renforcer la présence de moniteurs
I Renouveler et harmoniser l’équipement numérique
I Faciliter la création de ressources pédagogiques

Pilotage
I Commission TIC, émanation des conseils (20 pers., 3x/an)
I Commission des utilisateurs (ouverte. 2x/an)
I VP TIC membre de l’équipe de direction
I DSI
Nombreux indicateurs de pilotage mis en place
I Tableau de bord “moodle”
I Tableau de bord “portail”
I Statistiques étudiants
I Indicateurs Portail

L’existant
Le Numérique .... une longue tradition à Lille1
Lille1 - Université des Sciences et des technologies (cadre spécifique !)
Ses labos de recherche en pointe sur le numérique ont dynamisé
l’université
12 ans de politique active ... 3 vice-présidences Numérique
Lille1 a fortement investi depuis des années.
Des moyens financiers et humains importants ont été mis en place !
Point fort !
Historiquement, Lille1 a mis les moyens pour la production de ressources
pédagogique. Présidence d’UNISCIEL. Bâtiment dédié !
Existence d’un service multimédia. Bâtiment spécifique (SEMM)
dédié ouvert, aux étudiants et aux enseignants chercheurs
Studio d’enregistrement 80m2
Production de contenu pédagogique multimédia (Lille1TV
1750h/3073 video, Lille1TV-Pod 1543 Pod)
Plateforme pédagogique (900 cours, 5500 ressources)
Participation nationale (C2I, Edx)
Quelques pépites (Portfolio Semm)
Formation au personnel, Gestion de salles en accès libre
Présents dans les UNT Unit Unisciel Uved, Iut-En-Ligne

Calcul Haute performance
Un chargé de mission calcul HP (depuis 2010)
Accroissement des moyens de calcul (4Tflops -> 45 TFlops)
Membre de France Grilles, Antenne de la Maison de simulation
Moyens de calcul mutualisés
Intégration dans les formations
Prise en compte des problématiques de développement durable

Assistance aux utilisateurs
Une Volonté politique forte
apporter un soutien aux utilisateurs
Formations diverses (calcul HP, ePedagogie, logiciels de gestion)
Mise en place d’un HelpDesk avec permanence téléphonique
Aide à la réalisation de sites web
Logiciels collaboratifs
Service de gestion de salles informatiques
750 utilisateurs VPN, 12.500 Wifi personnel et étudiants, 4.500 fixes
1.800 portables, 200 salles informatiques

L’existant
Informatique documentaire
Abonnements aux revues numériques : 60.000 gratuites, et environ
127.000 payantes
Ore e-books ou proceedings : 10 408 gratuits, 175 662 payants
Emprunt physique par la carte multi-services
une bibliothèque numérique ambitieuse :
I Indexation ORI-OAI de nos ressources
I 2800 sujets d’examens numérisés,
I 200 thèses par an, 8500 en stock
I IRIS, bibliothèque numérique en histoire des sciences (28 revues),
Mise en place prochaine de RUBIS, un service de renseignement
virtuel,

Un SWOT a été réalisé en 2013 par la commission TIC
Points Forts
I Accompagnement des TICE
I Infrastructure de qualité
I Calcul Haute performance
I Présence dans une UNR qui fonctionne bien
Points faibles
I Forte autonomie des différentes entités
I Manque de financement récurrent

¾ du budget, c’est du transfert pour les services aux composantes.
L’accès libre à des salles doit devenir une gestion du learning center.
Des salles mutualisées pour une activité pédagogique avec un enseignant, c’est de mon ressort.

JM. Nicolas (CGT-FSU) :
Mutualisation : OK pour les grosses machines (coût d’exploitation). Par contre, attention aux effets négatifs au service de proximité très utile pour l’assistance informatique.
Sur l’université de lille, penser à consulter les personnels sur les restructurations. Attention de ne pas à nouveau éloigner un service pour des raisons de mutualisation.
L’organisation d’un service numérique, ce n’est pas la technologie qui doit décider car elle change. C’est une question de politique. Ne pas oublier l’échelon national, existence d’un calculateur.
Le droit à la déconnexion.
Les MOOC, cela vient d’un modèle anglo-saxon d’enseignement supérieur à bas prix.
Ce qui ne figure pas dans la présentation : ICARE : moyen national hébergé à Lille 1. Observation de la Terre depuis l’espace. Effort remarquable.

I. Shahrour (Ambition) : Où en est-on dans l’échelle nationale, internationale ? Notre système d’information par le passé critiqué, où en est-on ? Utiliser autrement les moyens, se pose la question de l’utilité de l’enseignement des TICE à étudiants issus de générations à l’aise avec l’ordinateur ?

S Tison (DPE) : les outils, sur le portail, certains non utilisés car non adaptés. Devant la faiblesse de l’AMUE, on se retrouve entre développer en interne ou s’en passer. Pas d’accord avec I. Shahrour, pas persuadé que les étudiants maîtrise convenablement des outils comme les tableurs.

V Cocquempot (Construire Ensemble) : faire payer les utilisations externes de nos outils pour faire rentrer des financements ?

P Debes (Ambition) : notre excellence technologique doit être mis en pratique et utilisé par tous, note l’écart entre le possible et l’utilisation pratique. Trois exemples. Des vidéoprojecteurs dans les amphis, mais y-a-t-il des écrans, des rideaux ? La visioconférence : opposition de la communauté de la participation par vidéoconférence pour des jurys. L’assistance au quotidien, c’est mieux que les fiches. Il y a certes des formations mais l’on n’a pas forcément le temps de suivre. Parfois, l’on a besoin que d’une indication d’une commande et non toute une formation.

P Mathieu : Le constat : le numérique est une épine dorsale de l’université. Le numérique est un amplificateur des qualités mais aussi des défauts d’organisation. Cela dépasse le cadre du numérique. Les horaires d’accès à la plate-forme, c’est une demande des usagers. S’il fallait fermer le VPN, il y aurait des personnes râlant. Un MOOC, ce ne doit pas être une obligation et je ne suis pas forcément pour. On n’a pas les moyens d’assurer un MOOC : capacité d’animer à destination de milliers d’auditeurs externes. Ensuite, il y a les moyens à destination de mes étudiants. Le numérique doit faire partie de la pédagogie.
On s’est fait retoquer sur CréaMOOC

P Rollet : on a une réputation, un savoir-faire. J’espère que l’on aura des éléments de benchmarking.

P Mathieu : vers où aller, fusionner les systèmes d’information. Le monitorat : le budget baisse. Le monitorat n’a pas de but pédagogique, c’est pour surveiller. OK sur le niveau entrant des étudiants et biatts, doit être amélioré. Il n’y a pas de volonté d’externalisation, mais j’ai un pb avec des outils offerts à l’extérieur. Comment je fais pour circonscrire mon champs d’activité ? Le google classroom, on a du souci à se faire. On n’a pas les mêmes moyens. La seule externalisation, c’est UBIC avec OVH, cloud de données. Sécurisation : jusqu’où aller ? Cela dépend de ce que l’on veut... La question du budget.

C Beaucourt (Construire Ensemble) : les indicateurs, proposer aux étudiants de travailler là-dessus. 900 cours mais si faits par une vingtaine d’enseignants.

L Montagne (Ambition) : apprécie la politique de mutualisation. L’impression d’un seuil entre labo et CRI, la peur des informaticiens de perdre leur travail. L’argent dépensé pour mettre des serveurs dans les laboratoires.

P Mathieu : les informaticiens des composantes sont réunis régulièrement. Le GAP entre eux et le CRI devrait se réduire.

P Mathieu : il y a deux ans, une enquête sur les usages du numérique. Sera reconduite d’ici janvier.

L Montagne (Ambition) : le numérique dans le CPER ?
Rép P Rollet : pas de nouvelles précises sur le CPER avant lundi. Au niveau de la région, la bonne nouvelle, c’est des financements européens mais leur utilisation nécessite des contre-parties.

L Montagne (Ambition) : les organismes ? Voir les logiciels Agate, etc...
Rép P Mathieu : compliqué, cotutelles, les logiciels ne sont pas les mêmes. Cela créé de la distorsion.

C Vuylsteker (FSU-CGT) : partage le fait que ce n’est pas parce que les jeunes vivent dans le web, qu’ils savent utiliser efficacement tableurs, traitements de texte, etc... La mise en place des TICE introduits en L1 dans l’objectif restreint du C2i, sa mise en place a entraîné la suppression d’exigences comme une utilisation efficace des tableurs et autres qui étaient auparavant enseignés en informatique instrumentale.

Rép P Mathieu : pas fan du C2i, on a dissocié la préparation du C2i des enseignements. L’université doit faire des formations et non des certifications. Ensuite, ce n’est pas nous qui avons poussé les composantes à réduire les heures d’informatique suite à la mise en place des TICE.

- Présentation IDEX :

P Rollet
« On verra le contenu plus tard... »
Présentation de la démarche. Date limite de soumission : 21 janvier 2015

(NDLR : tout est dit, vous n’en saurez pas plus après avoir lu ces notes..., est présenté un diaporama copié-collé de l’appel à projet ANR et des éléments du style, les comités théodule...).

Les raisons pour lesquelles nos candidatures antérieures n’avaient pas été retenues : mauvaise définition de notre excellence. Le projet U de Lille n’était pas assez crédible, pas de délibérations des conseils. Ailleurs, un soutien fort des acteurs politiques.

PIA2 : rappel des éléments.
Faire émerger une dizaine d’universités de recherche, avec les 8 idex actuels, il resterait deux possibilités (une chance sur trois ?). Le jury international sera très proche de celui PIA1.

Ensuite, les Dossiers i-site...

Lire l’appel d’offre

« On ne vous donnera pas le rapport qui sera déposé en Janvier car c’est confidentiel... »

Nos concurrents : les autres candidats potentiels,
Bretagne-Pays de Loire, Grenoble, Lorraine, Montpellier.
Grenoble forcément emportera un IDEX.

(NDLR : Lyon oublié !)

C Vuylsteker : Nous avons déjà critiqué cette politique de la course aux appels d’offre qui encourage la concurrence entre universités et ne permet pas de peser en vue d’une réaffectation des fonds vers les financements pérennes.
J’entends, « on verra le contenu plus tard », « on n’aura pas le rapport », mais en cas de succès, la candidature nécessairement orientera nos financements (emplois fléchés sur le périmètre de l’IDEX, budget, etc...) sur plusieurs années. Ce n’est pas normal que les administrateurs qui auront à adopter les budgets ultérieurs de Lille 1 ne sachent rien ou presque sur les engagements. Je regrette que l’on en sache pas plus.

P Rollet : C’est de ma responsabilité de président de porter la candidature. On se mobilise aussi sur d’autres projets. L’université de Strasbourg a les mêmes problèmes que nous mais dispose chaque année de l’IDEX pour booster ses projets. On y va dans les meilleures conditions possibles mais en respectant les critères d’appel d’offre.

P Debes (Ambition) : le fait que l’obtention de l’IDEX est crucial, on est tous d’accord. A partir du moment où le projet tient la route, la question est de savoir si il sera porté par la région.
Rép P Rollet : il faut porter un discours de conviction. Faire en sorte que la conviction ne faiblisse pas.

… // ...

JM Nicolas (CGT-FSU) : le discours de la mobilisation me semble gênant. L’unanimisme n’a jamais été démocratique. Que les présidents soutiennent le projet, c’est leur fonction. Que les agents participent à la réalisation de la réponse à l’appel à projet sur la base de la définition de leurs missions, pas de problème. Ensuite, dire que les syndicats devraient soutenir... Nous devons garder un regard critique : les intérêts des salariés sont-il convergents avec le projet ? Si c’est mettre en compétition les agents entre eux, cela sera contre les agents. La violence de l’excellence. On doit regarder, nous, le bien-être au travail. Ce processus va-t-il aller vers le sens d’une amélioration des conditions de travail ?

P Rollet : si l’on est pas majoritairement derrière un projet comme cela, nous ne l’aurons pas. Ensuite, à nous de faire en sorte que l’on mette des processus en vue que cela ne dénature pas notre culture.

L Montagne (Ambition) : Pour que les personnels se sentent davantage concernés et mobilisés à ce projet, on aurait pu faire un appel à idées à destination des personnels... Par ex : comment attirer des talents ? Le seul message a été un appel à émergence.

- Convention Handicap Universités-Entreprises :

J El-Khattabi : volet étudiant du projet, un travail d’une année avec Thalès.

X Melique : nous avons été sollicité par Thalès.
Vrai difficulté pour les entreprises comme pour nous de recruter des étudiants handicapés de haut niveaux d’étude.
Relais handicap ne peut plus assumer les flux d’étudiants. Nécessité d’un soutien financier.
On va devoir accueillir les bacheliers handicapés issus des efforts réalisés dans le second degré.
On a du travail dans le domaine pédagogique mais aussi de celui de la recherche.

Le projet de convention

C Beaucourt (Construire Ensemble) :
L’université doit accueillir plus et mieux les personnes en situation handicap. C’est de la bonne anticipation. Maintenant, beaucoup d’entreprises sont très réticentes à recruter.Cela pose question de mettre en place une convention leur permettant de ne pas être pénalisées du fait qu’elles n’assurent pas le % de personnes à handicap.

Quelques critiques sur la forme juridique émises par le représentant du recteur (annexe non présentée, ...).

C Beaucourt (Construire Ensemble) : on affaiblit l’AGFIPH, pourquoi ne pas se tourner vers eux et les entreprises sociales et solidaires. On est instrumentalisé par ces entreprises qui n’ont pas fait l’effort d’intégrer dans leurs personnels.

La délibération est reportée.

- Rémunération des Activités accessoires et Conférences occasionnelles :

N Postel

Le projet de délibération

Ce dispositif, vous en ré-entendrait parler lors de la campagne des professeurs d’invités.

C. Vuylsteker (FSU-CGT) : Sur la rémunération des conférences,

Les conférences occasionnelles inédites

Tout enseignant-chercheur (de Lille 1 ou d’un autre établissement) peut être autorisé à dispenser une conférence occasionnelle inédite, dans un domaine accessoire autre que celui qui relève de son activité principale d’enseignement.

Comment se mesure le caractère « domaine accessoire autre que celui qui relève de son activité principale » ?

Les conférences exceptionnelles
250 euros, dans certains cas particuliers, soumis à l’arbitrage du Président.
Beaucoup de renvoi à l’arbitrage du Président. Les cas particuliers ?
En tant qu’administrateur, réclame, un bilan annuel de ces opérations...

Rép N Postel : OK sur le bilan annuel. Sur les appréciations du domaine d’intervention qui doit être extérieur à celui qui relève de l’activité principale de l’enseignant s’il est de Lille 1, soyons clair, ce sont avant tout des intervenants externes qui seront concernés.
L’arbitrage du président, cela paraît discrétionnaire. Sur ce point, le DGS : on l’a fait aussi sur les frais hébergement...

Adopté à l’Unanimité.

Unanimité sur les 2 dernières délibérations.

A savoir : acceptation d’un don dans le cadre de la convention Informatique au féminin de Cap Gémini et droit accordé à l’EPU d’encaisser le produit d’une vente de matériel.


titre documents joints

projet de convention handicap

22 novembre 2014
info document : PDF
649.7 ko

rémunérations des activités accessoires et conférenciers

22 novembre 2014
info document : PDF
40.5 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 281 / 175296

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Vie des conseils  Suivre la vie du site Conseil d’Administration  Suivre la vie du site Compte-rendus de nos élus   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License