Snesup Lille 1

Présentation Schéma Regional de l’ESR 5 Oct 2012

samedi 6 octobre 2012 par Christophe Vuylsteker

CR de la présentation devant les Trois Conseils de Lille 1, du Schéma Régional de l’ESR par Sandrine Rousseau, VP chargée de l’ESR au Conseil régional Nord Pas de Calais.

Sandrine Rousseau rappelle le mode d’élaboration du projet (Initiative de l’Association des Régions de France, déclinaison originale en NPDC avec des assises régionales de l’ESR ouvertes à tous qui se sont tenues en 2012 sur 6 mois) et énonce les enjeux qui nécessite une stratégie régionale collective et partagée :

- Faire que la Région soit éligible au titre « région en transition » pour bénéficier des crédits européens (1 à 1,5MM euros, qui abonderait spécifiquement la Recherche et innovation à hauteur de 600 Millions euros).

- Négocier avec l’Etat un rattrapage : la région est 11ème en terme de personnels ESR alors qu’en terme de nombre d’étudiants, elle est en 3ème rang.

La présentation devant les CA des Universités avant le vote en Conseil Régional le 25 octobre est un engagement pris en Juin dernier lors de la plénière de clôture des assises régionales. Il s’agit de recueillir les avis pour améliorer encore le projet. Un second vote aura lieu en Mars 2013 après que les avis notamment du CESER et d’autres instances aient été recueillis.

Sandrine Rousseau rappelle le retard dans l’investissement en R et D dans la région : 0,3% PIB pour l’investissement privé (pour une moyenne nationale de 2,5%) et 1,8% pour l’investissement public (contre 2,3% moyenne nationale).

Le document sur le SRESR : lire ici.

Ouverture du Débat :

C Vuylsteker (élu CA liste FSU-CGT, Snesup-FSU) lit le communiqué du Snesup Académique suivant : lire ici.

Rép : S Rousseau précise qu’elle avait rencontré les organisations syndicales avant la tenue des Assises et note que le Snesup-FSU n’a pas brillé par son assiduité. Elle partage les critiques faites au PRES mais rappelle qu’elle n’a pas la compétence pour y remédier mais incite le CA du PRES à réformer. Sur les instances, elle enregistre les propositions d’une participation des Organisations syndicales dans le bureau élargi et sur le CRESER, elle rappelle qu’elle ne peut que former des instances informelles pour ce qui est de la gouvernance, n’ayant pas la main. Sur les STS, elle a contacté le rectorat car le Conseil Régional ne peut pas faire seul. Elle précise que dans le cadre de l’Acte III de décentralisation, la Région demandera la compétence en terme d’orientation et logement étudiant.

Y De Launoit (Directeur de Laboratoire) demande comment ont réagi les EPST à ce projet.

Rép : L’idée est d’aller en support des EPST sans se substituer à eux.

A Rives (élu CA liste Construire Ensemble) considère que le tissu industriel et économique ne semble pas avoir investi fortement les assises régionales.

Rép : Effectivement malgré leur invitation, la mobilisation a été faible parmi les entreprises.

L Montagne (élu CA liste Ambition) demande comment seront définis les domaines stratégiques dont on parle dans le document et définis par qui.

Rép : Pas de parole unique sur les domaines d’intérêt stratégiques, il faudra
les définir de façon collective.

JM Nicolas (élu CA liste FSU-CGT) : s’inquiète du développement de la précarité par l’abondement en financement de CDDs dans les réponses aux appels à projet. Comment articuler les sources de fianncement pour stabiliser les agents ?

Rép : Il y a des voies de réflexion qui suppose un engagement commun : ex avec l’INRIA, la région a financer les deux premières années avec l’engagement de l’INRIA de financer la suite.

C Bliot (élue CEVU liste UNEF) salue le travail accompli mais repose la question des difficultés sociales des étudiants. Les contrats étudiants avec les universités ne suffisent pas : 5h par semaine...
S Ente (SUD-étudiant-e-s) renchérit sur la question du logement étudiants, rappelle que la CMU peut éviter aux étudiants de débourser pour une mutuelle...

Rép : Le job étudiant est une réponse déjà pour un certain nombre. Sur le logement, la région fournit gratuitement le terrain mais le CROUS n’a pas les moyens d’investir dans le bâtiment. Il faut que la Région gagne cette compétence. Sur la dimension santé, elle entre dans les compétences de la région : il faut développer l’information et l’accès aux soins.

L Montagne (élu CA liste Ambition) déplore que les attributions des allocations recherche soit si tardive. P Dhulster (Directeur de Labo) demandera pourquoi la région ne finance pas à 100% les allocations recherche doctorant et déplore l’opacité qui prévaut dans les classements.

Rép : On est passé de 60 à 70 allocations. J’ai fait des expérimentations pour accélérer le processus d’attributions, cela devrait aller mieux cette année. On finance à 100 % 3 à 5 allocations dans le secteur des SHS étant donné la difficulté à trouver un cofinancement. La possibilité des Université à cofinancer justifie ce choix. Elle rappelle que ce sont les Ecoles Doctorales qui classent.

Y De Launoit demande s’il y aura un nouveau CPER

Rép : Oui, le conseil régional souhaite qu’il comprenne un volet logement étudiant et appelle les autres collectivités à se joindre aux projets.

P Dhulster sur l’eurorégion, rappelle que d’autres régions sont pertinentes selon les axes de recherche, par exemple la Picardie. C Vanbesien (Construire Ensemble) sur les liaisons nécessaires avec la région parisienne.

Rép : Nous chercherons à développer les contacts inter-régionaux. Avec l’Ile de France, ce n’est pas facile étant donné la différence de taille, mais Picardie et Normandie...


titre documents joints

Réaction Snesup académique au SRESR

6 octobre 2012
info document : PDF
86.9 ko

SRESR version 7bis

6 octobre 2012
info document : PDF
374.9 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 299 / 175296

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Vie des conseils  Suivre la vie du site Conseil d’Administration  Suivre la vie du site Compte-rendus de nos élus   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License