Snesup Lille 1

Les Contributions du Snesup-FSU Lille 1

mercredi 3 octobre 2012 par Christophe Vuylsteker

Le Snesup-FSU réclame de longue date les modifications législatives et réglementaires assurant un service public de l’ESR au service de la société. Il a été partie prenante des luttes menées par les personnels et les étudiants contre les réformes néo-libérales qui se sont succédées. Il entend, aujourd’hui encore, porter partout où il le peut la voix de tous les personnels qu’il représente, concernés par la future loi d’orientation de l’ESR promise par le gouvernement et supposée s’inspirer des débats des Assises de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Si le Snesup-FSU revendique une consultation démocratique, il dénonce les modalités d’organisation de ces Assises, aussi bien au niveau national que territorial : temps insuffisant imparti aux acteurs pour s’exprimer, minoration de la représentation des personnels et étudiants, exclusion thématique notamment de la question des carrières, des rémunérations et des conditions de travail. Par ailleurs, la note de synthèse des auditions menées cet été par le comité de pilotage entre curieusement en résonance avec les déclarations gouvernementales dans les média, nous faisant craindre que les conclusions sont d’ores et déjà écrites.

Il faut tourner le dos au modèle libéral de la mise en concurrence et de la marchandisation des connaissances au cœur du processus de Lisbonne. Le déroulement des assises et les déclarations ministérielles augurent mal de l’élaboration d’une loi en rupture avec la LRU et le Pacte pour la recherche. C’est pourtant bien là, à notre sens, que se situe l’enjeu. Les textes adoptés au cours des dix dernières années ont démontré leurs effets délétères sur l’ESR : mise en concurrence sauvage des établissements et des individus, atomisation des fonctions et des statuts des personnels, augmentation massive de la précarité, fragilisation des métiers de l’enseignement, individualisation des rémunérations et baisse du pouvoir d’achat de tous les agents... Et au bout de cette logique, le développement de la souffrance au travail.

Notre pays a besoin d’une rupture avec les politiques menées ces dernières années et ne peut se contenter d’aménagements à la marge. Cette rupture doit passer tout d’abord par :
l’abrogation du Pacte pour la Recherche, de la LRU et de ses décrets d’application, du décret statutaire des enseignants-chercheurs de 2009, par l’abandon des processus dits « d’excellence » pour stopper le creusement des inégalités entre établissements, par la remise en cause du LMD, l’abrogation des textes liés à la réforme de la formation des enseignants, par la suppression du Crédit Impôt-Recherche et de l’ANR et la réaffectation des sommes correspondantes en crédits récurrents, par un plan de recrutement massif d’agents titulaires de la fonction public d’Etat. Seul un service public financé par des crédits ministériels récurrents et dont les missions sont assurées par des agents titualaires de la fonction publique peut offrir les garanties d’accès sur l’ensemble du territoire et d’indépendance des lobbys politiques, religieux et économiques. Le Snesup-FSU a déposé l’ensemble de ses propositions de réforme sur le site national de Assises.

Voici les contributions déposées par le Snesup-FSU Lille 1 à l’occasion de la déclinaison territoriale des Assisses en NPDC :

- Formation ici

- Recherche ici

- Organisation ESR ici


titre documents joints

Pour Refonder un fonctionnement de service public de l’ESR

3 octobre 2012
info document : PDF
76.4 ko

Pour une recherche publique au service du progrès social et humain

3 octobre 2012
info document : PDF
59.4 ko

LMD Dépôt de Bilan

3 octobre 2012
info document : PDF
69.6 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 155 / 160559

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers thématiques  Suivre la vie du site Assises 2012 de l’ESR   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License