Snesup Lille 1

Les PRESsions continuent à s’exercer : fusion sans IDEX à Lyon ?

mardi 20 mars 2012 par Christophe Vuylsteker

Communiqué des organisations syndicales et associatives

Nos organisations réaffirment leur opposition à la labellisation Idex du site de Lyon Saint-Etienne et aux graves conséquences qu’elle aurait pour les missions fondamentales de nos établissements.

Bien que son projet n’ait pas été sélectionné par le jury international, le Conseil d’administration du PRES de Lyon réuni en séance extraordinaire le 14 mars a avalisé un nouveau deal avec le gouvernement et le commissaire au grand emprunt. Le troc prévoit une « éventuelle » labellisation Idex dans trois ans en échange de la mise en oeuvre dès maintenant des engagements « irréversibles » prévus dans la charte du projet, charte présentée comme signée par les établissements bien que les conditions de son adoption par les Conseils d’administration soient hautement contestables.

Cette procédure engage notamment le rapprochement des établissements pour fusionner dans une méga université à partir de 2015 (soit un an plus tôt que dans le projet initial !) comme l’ont fait ou prévoient de le faire les quatre autres sites labellisés Idex hors région parisienne (Aix-Marseille, Bordeaux, Strasbourg et Toulouse).

La convention fixant ces engagements serait assortie de 9 millions d’euros par an sur 3 ans mais d’aucune dotation en capital. L’usage de ces crédits et l’avancement du projet seraient soumis à un contrôle annuel du gouvernement. La faiblesse de ce financement au regard des budgets des établissements concernés (400 millions pour la seule université Lyon 1), révèle bien que le moteur du processus n’est pas l’attribution de moyens supplémentaires.

Dans cette redistribution des cartes où l’on concentre l’excellence à quelques endroits, notamment pour les formations universitaires, il y aura quelques nantis et bien des laissés pour compte.

Le « périmètre d’excellence » défini dans le projet IDEX de Lyon Saint-Etienne est de 1357 chercheurs et enseignants-chercheurs (sur les 11 500 que compte le site !) et de 8160 étudiants (sur les 130 000 du site !).

Loin de tirer le bilan de leur échec, c’est donc dans une stratégie de fuite en avant sans garantie ni de moyens ni de résultats que s’engagent les membres dirigeants du PRES.

L’objectif du gouvernement est d’imposer à tous les sites labellisés Idex de signer les conventions avec l’Agence nationale de la recherche (ANR) d’ici début avril. Cette précipitation à la veille d’échéances électorales nationales illustre la volonté de rendre les transformations irréversibles et d’escamoter le nécessaire débat démocratique.

Nous exigeons du PRES qu’il ne signe pas la convention, et certainement pas dans l’opacité et la précipitation, sans aucun mandat des CA nouvellement élus dans les universités de Lyon Saint-Etienne.

Nous appelons les personnels et étudiants à se mobiliser pour obtenir de leurs CA qu’ils ne signent aucune charte d’engagement. La communauté universitaire doit être informée des orientations en cours, entre autres par consultation préalable des Comités techniques des établissements, afin qu’un débat nécessaire et légitime puisse avoir lieu et qu’elle puisse in-fine
être consultée sur une décision qui engage l’avenir du service public d’enseignement supérieur et
de recherche.

Lyon, le 19 mars 2012
Signataires : FSU (SNESUP, SNASUB, SNCS) – CGT (Fercsup, SNTRS), SOLIDAIRES (SUD
Education, SUD RE) – SLR Lyon


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 234 / 176438

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers thématiques  Suivre la vie du site Restructurations universitaires régionales  Suivre la vie du site Courses à l’échalote (ou aux financements ) organisées (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License