Snesup Lille 1

Bilan des réformes sur Lille 1

samedi 25 février 2012 par Christophe Vuylsteker

Débat SNESUP-CGT sur le bilan 2007-2012 13/2/12

Le SNESUP a invité un directeur d’UFR pour nous parler de l’administratif, un directeur de laboratoire pour la partie scientifique et un représentant syndical CTP pour les conditions de travail.

Christophe Vuylsteker (secrétaire de la section SNESUP de Lille1) fait le tour rapide des réformes bilan (LOLF, LRU, Pacte pour la recherche, ANR, RCE, RGPP) puis présente les invités. Quel est l’impact de ces réformes sur nos activités ?

Le bilan de l’activité des élus Snesup est consultable ici.

- Charles Suquet (directeur de l’UFR de Mathématique)

* La gestion de la masse salariale (RCE)
Elle a entraîné une mutualisation des supports vacants (retraite, détachement, délégation). Cette mutualisation est compréhensible mais la transition sans lissage pose problème car bien que nous ayons plus d’heures à assurer (3000 HTD Complémentaires), nous avons subi une grosse perte en poste d’ATER et en invités. Les avenants au contrats doctoraux ont amplifié cette perte. Cela nous a obligé à embaucher des vacataires externes (500 HC).

* Evaluation
Au CNU, en mathématique, nous avons refusé l’évaluation mais nous voyons apparaître des demandes d’évaluation, au niveau de l’université. Par exemple, lors de l’avancement des EC, on demande à la composante de classer le niveau d’investissement des enseignants-chercheurs en Très important, Important, Normal, Pas significatif.

- Philippe Supiot (ex directeur du laboratoire de génie des procédés d’interactions fluides réactifs matériaux)

* Financement par projet
Ce financement est extrêmement chronophage, il est aléatoire et son rendement est faible (de 20 à 10% des projets sont acceptés). En effet, si la thématique n’est pas à la mode, la probabilité de décrocher un projet est très faible. Il ne reste plus que les financements récurrents qui sont de plus en plus réduits.
Avec des crédits en baisse de 25%, le CNRS ne peut plus assurer un financement pérenne à ses laboratoires.
Mon laboratoire a intégré un gros laboratoire CNRS (IEMN) mais nos moyens n’ont pas augmenté.
* Labelisation et Excellence
Les Ex (EquipEX, LabEX) nous ont demandé un travail énorme qui n’a rien apporté.
* PRES
Tout vient du haut sans aucune concertation de la base. On ne voit pas la cohérence régionale !

- Eric Glon (laboratoire TVES en géographie)

De manière générale, Nous passons d’une logique de laboratoire à une logique de projets. La nouvelle définition de l’excellence est d’en faire plus que les autres dans un contexte d’individualisation. Et si une telle logique est peu prégnante dans le laboratoire auquel j’appartiens, le cadre d’évaluation prévu pour les collègues au niveau national les pousse quelque part à la recherche d’une excellence individuelle (articles dans des revues à comité de lecture, contrats de recherche où pour en décrocher un, il faut nécessairement en préparer plusieurs, etc) sans que de réelles limites ne soient fixées dans cet exercice.

Mais rien n’empêche les sections CNU de moduler et de préciser ce qu’elles entendent pas excellence comme cela a été fait en 23ème section en allant plus dans le sens d’une approche du dynamisme de l’enseignant chercheur.

L’enseignement se « secondarise » par un nombre de notes plus important dans le cadre de semestres qui s’apparentent plus à des trimestres où l’enseignement est de plus en plus limité à de courtes séquences. Les tâches administratives se multiplient sans être forcément reconnues. Chacune de ces activités devient de plus en plus chronophage et il est de plus en plus difficile de les exercer sereinement.

Dans un tel contexte, le travail de terrain est plus délicat à envisager en particulier en SHS. Ne faut-il pas pour contrer cette tendance faire une place plus grande à ce que certains appellent la « slow science » ?

- Jean-Marc Nicolas (secrétaire de la section syndicale CGT à Lille1)

Nous sommes pour une amélioration des conditions de travail et pour conserver notre statut. Nous demandons une réduction du temps de travail.
Le projet de la droite est cohérent (LOLF, LRU …), il vise à diviser les personnels. Il augmente les souffrances au travail. Les RCE ont eu un impact sur les personnels. L’externalisation s’accélère.
Le statut de la fonction publique est le seul à nous donner de bonne condition de travail. La précarité des contractuelles est insupportables. On en vient à une espèce de paranoïa qui nous fait préférer un CDI car c’est bien mieux qu’un CDD. Ce qui nous conduit à une extinction du statut de fonctionnaire, qui seul nous garanti notre indépendance. Il faut informer les personnels.
La transformation de crédits récurrents en crédits par projet, transforme les postes récurrents de fonctionnaires en précaires pour le projet ’décroché’ (ANR ou autre) !

- Christophe Vuylsteker (directeur d’études en biologie)

La semestrialisation a augmenté les contraintes d’emploi du temps et le nombre de réunions (jury, orientation, cpp, ...).
D’autre tâches sont apparues (transition Lycée-université).
La CPU veut une licence ’secondarisée’ avec plus de soutien et de coordination. Le plan réussite en licence va dans le même sens. Une avalanche de charges avec le même nombre de personnels.
Refuser d’assurer trop d’heures complémentaires, c’est être réduit à diminuer le nombre d’heures maquettes.
On nous rajoute sans cesse de nouvelles activités à moyen humain constant : orientation, suivi individualisé, transition lycée-université...
La même course à appel d’offre règne dans les formations. Les subventions bouchent les trous financiers précédents mais alourdit encore d’objectifs dont il faudra justifier par la suite. Une course en avant...
De plus, les derniers projets structurants comme l’IDEFI (ou l’IDEX) sont rédigés sans nous alors qu’ils nous concerneraient directement dès lors qu’ils seraient acceptés.


titre documents joints

Bilan de l’activité des élus Sneusp-CGT dans les Conseils centraux de Lille 1

19 février 2012
info document : PDF
107.1 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 204 / 160555

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actions et mouvements  Suivre la vie du site Réunions, débats publics   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License