Snesup Lille 1

CR du CA du 27 Janvier 2012

mardi 31 janvier 2012 par Christophe Vuylsteker

CR du CA 27/1/12 par les élus Snesup-FSU

Informations du président :Reflex et crèche pour septembre 2014

PV CA 16/12/12
adopté à l’unanimité

- Schéma régional de l’ESR : par Sandrine Rousseau vice présidente de la région
La région organise des Assises Pour la Recherche et l’Enseignement Supérieur APRES, avec l’ensemble des collectivités territoriales et des universités de la région. Le but est d’organiser, de structurer l’ESR de la région. Convention entre CPU et ARF (Association des régions de France).

Originalité : Coordination de l’ensemble des collectivités territoriales en Nord Pas de Calais ; volonté d’afficher le soutien à l’ESR et de coordination. Porter collectivement un projet plus efficacement. Des fonds permettant de lever des fonds européens. L’UE s’appuie sur la politique régionale. Espoir d’un financement FEDER au titre de Région en transition. Enjeu total financement 1-1,5MM euors dont 50% destinés à la recherche et l’innovation.

Volonté de « co-construire », démocratie participative, délocalisation des réunions-ateliers dans chaque territoire, sauf l’atelier gouvernance.

Christophe Vuylsteker (Snesup-CGT) : Il apparaît des mots de façon récurrente « attractivité, co-construction ». Peut-on avoir des informations sur le GT gouvernance ? De quel gouvernance s’agit-il ? De celle liée à la structuration universitaire ou celle liée à la gestion de l’ESR par la région ?

Sandrine Rousseau : ces assises ne concerne ni la fusion, ni le PRES même si ce dernier fait partie des interlocuteurs.

Marie Josée Aymé (MEDEF) : Ce schéma intervient en même temps que le rapprochement des universités Lilloises. Cela ne change-t-il pas la politique régionale ? L’université de Lille 1 est-elle le bon interlocuteur ou l’U de lille ?

Rép S Rousseau : réunions ouvertes à tous. Pas de représentants des universités en tant que telles. Ensuite pour rédiger le schéma, on fera le travail avec le PRES... Pour l’instant, il s’agit de consulter.

Bruno Desprez (Chef d’entreprise, extérieur) : Le souci de coordonner est bon. Mais, concrètement, cela ne revient-il pas à ajouter une couche administrative en plus ? Il y a déjà tellement d’initiatives en matière d’aménagement des territoires...

Sandrine Rousseau : Mon sentiment est que le budget ESR de la région est trop prescriptif. Actuellement 80% de mon budget est pour des thèmes de recherche fléchés, c’est trop. Il n’y a pas assez de crédits récurrents servant de supports ou d’appuis aux universités qui ont la légitimité sur les choix.

Pierre Louard (OI) : L’initiative est bonne. Grâce à cette structuration, il sera plus facile d’aller chercher des fonds européens. Le souci de l’aménagement du territoire ne doit pas conduire à empêcher une recomposition nécessaire des universités et écoles. Les initiatives en matière de recherche doivent être Bottom-Up et il faut éviter la bureaucratie.

Sandrine Rousseau : Nous voulons libérer les chercheurs car il y aura moins d’appel à projet.

Dominique Duprez (Snesup-CGT) : Il serait regrettable de déplacer les fonds destinés à la recherche vers autres choses : logement étudiant par exemple. Les autres régions financent plus la recherche (Lyon, Marseille). L’appel à projet n’est pas un problème car il peut y avoir délégation de l’expertise régionale sur les chercheurs de la région. Intérêt du CPER (Contrat de Plan Etat Région) qui permet de corriger les écarts de financement.

Yann SECQ (OI) : exprime ses réticences à l’égard du schéma régional car le PRES est l’interlocuteur de la région.

Sandrine Rousseau : Je n’ai pas d’autre interlocuteur disponible que le PRES. L’avenir du CPER est incertain.

- Présentation du bilan des relations internationales par Jacky Lesage VP RI

La mobilité étudiante a été une priorité.

Marie Josée Aymé (extérieur) : La partie anglo saxonne est très faible, manque d’attractivité, et il n’est pas proposé de « petits boulots ». Il n’y a pas assez d’enseignement par internet.

Robert Litwak (Snesup-CGT) : Pour quelles raisons le budget augmente de 60%, alors que les chiffres augmentent de 10 à 30%.

Jacky Lesage : parce que les bourses étudiants passent par notre service.
Pierre Louard (OI) : Il y a aussi la barrière de la langue. Il faut augmenter nos
filières anglophones. Le périmètre francophone se réduit. L’IAE souhaite mettre en place une filière anglophone. Il faut utiliser l’accueil des professeurs invités pas seulement en recherche mais aussi dans une logique de développement d’enseignement en anglais.

Christophe Vuylsteker (Snesup-CGT) : Il déplore que l’on ait un bilan centré sur le seul volet de la mobilité étudiante. Ce bilan est plutôt du ressort de l’OFIP. On est loin d’un bilan de la RI sur Lille 1 intégrant ce qui se fait dans les composantes, dans les instituts et en recherche. Que l’activité soit délocalisée et ainsi plus efficace, OK mais le VP devrait avoir au moins une vision globale de ce qui se fait. On a l’impression que le présentateur se voit plus en directeur de service d’appui qu’en VP chargé de la politique des RI. Y-a-t-il une vision globale sur l’université ?

Philippe Rollet : Il y a une politique des relations internationales. Le VP RI gère par exemple les accords avec Gand ou Houjda.

Dominique Duprez (Snesup-CGT) : ne voit pas apparaître les RI des laboratoires.

- Section disciplinaire compétente à l’égard des enseignants et enseignants-chercheurs

Élection de trois Mcf : Christophe Vuylsteker, Yann SECQ, Patrick Lebègue et de deux professeurs : Francis Guilbert et Pierre Louard. JF Pauwels en est le président.
La section restera compétente même si les membres perdent leur qualité d’élu du CA (suite au scrutin du 12 avril) tant que la nouvelle section disciplinaire ne sera désignée par le nouveau CA.

- Conventions (unanimité au CEVU)
Forum des sciences : adoptée à l’unanimité
Licence éco-gestion Timisoara : adoptée à l’unanimité

- Validation des financements Projets recherche
Projets examinés au CS du 27 Janvier. adopté à l’unanimité

- Crèche implantation
Robert Litwak (Snesup-CGT) : Y-a-t-il eu une demande d’avis de la CAC et du CHSCT ?
Philippe Rollet : n’a pas voulu retarder le projet pour consulter le CHS qui n’est pas encore CHSCT et la CAC avait déjà été informée du projet.
adopté à l’unanimité

- Présentation du bilandes TIC par Philippe Mathieu

Yann SECQ (OI) : estime que l’intranet n’est pas convivial et qu’il y a des problèmes techniques à résoudre.

Bruno Desprez (extérieur) : aimerait pouvoir utiliser nos outils.
Philippe Mathieu : Il n’y a pas de problème car ce sont des logiciels libres.

Francis Guilbert (DPE) : aimerait avoir des informations et des aides à l’utilisation.
Philippe Mathieu : a demandé la création de fiches.

- Motion OI
Philippe Rollet : Pourquoi une lettre ouverte ? Pourquoi ne pas venir en discuter avant ? La motion présentée est pleine de suspicion et de parti pris. Il se demande ce qu’il fait ici.

Yann SECQ (OI) : Il n’y a pas eu de restitution des GT inter U, le congrès prévu n’a pas été fait. L’association des président propose déjà une forme juridique d’EPCS. Les critiques portent sur la méthode de travail. Déjà les IDEX, et autres n’ont pas été présentés avant envoie aux CA.

Philippe Rollet : L’association avait été présenté au CA du 21/10/11. Nous avons ensuite choisi la formule EPCS car c’est la plus « douce » et en plus on nous le reproche !

Christophe Vuylsteker (Snesup-CGT) : rappelle le boycott du SNESUP des GT dû à un calendrier trop serré et un pilotage du comité prépondérant.
Bruno Desprez (extérieur) : n’apprécie pas la demande car ce n’est pas des propositions mais un jugement.

Philippe Rollet : On va aboutir à un document qui sera vu par l’AA et les CA. Il sera perfectible mais ce sera un travail collectif de type Bottom Up. Il ne sait pas si les présidents ont des idées cachées. L’association va devenir une association de personnes morales. La région nous soutient et nous allons rencontrer Martine Aubry.

Yann SECQ (OI) : l’association va-elle être dissoute ?

Philippe Rollet : oui et remplacée par une autre.

Francis Guilbert (DPE) : dit qu’il a aussi, quand il était responsable, été dans l’obligation de mettre les autres devant le fait accompli sans aucune volonté maligne.

Philippe Rollet : nous ne sommes pas dans un modèle d’AG permanente, il y a une équipe dirigeante !

Yann SECQ (OI) : l’IDEFI est porté par qui ?

Philippe Rollet : par l’association

Philippe Rollet met au vote le principe de ne pas soumettre au vote la motion : 10 pour ; 5 contre (Snesup et Y Secq) ; 1 Abstention

Dominique Duprez (Snesup-CGT) : Les collègues n’apprécie pas le mode de fonctionnement du PRES (opacité). Ils découvrent maintenant une association type 1901 pour porter des dossiers importants de l’université. Il doit y avoir un retour aux conseils.

Motion qui n’est donc pas examinée.


titre documents joints

Motion OI

31 janvier 2012
info document : PDF
48.8 ko

Lettre ouverte OI adressée à P Rollet

31 janvier 2012
info document : PDF
41.8 ko

31 janvier 2012
info document : PDF
226.7 ko

Bilan RI par J Lesage

31 janvier 2012
info document : PDF
156.1 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 332 / 164551

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Vie des conseils  Suivre la vie du site Conseil d’Administration  Suivre la vie du site Compte-rendus de nos élus   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License