Snesup Lille 1

Valérie Pécresse apprécie l’ambition de la CPU pour la licence

jeudi 19 mai 2011 par Christophe Vuylsteker

La Conférence nationale des présidents d’université s’est achevée à Toulouse. La réforme du cycle licence était au cœur des débats. La ministre Valérie Pécresse a apprécié.

Après le lancement de son projet de nouvelle licence (lire notre article antérieur, Valérie Pécresse est à la recherche de soutiens... Elle passe toujours pour le rare ministre qui a réussi une réforme sous l’ère Sarkozy.

Si plus personne ne semble se rappeler des manifestations de 2007 et 2009 qui ont accueilli LRU, Décret Enseignant-Chercheur et Réforme de la Formation des Enseignants..., la "résignation" actuelle de la communauté universitaire vaudrait-elle approbation de cette politique...

Lire ci-dessous le texte de la CPU rendant compte de ses conclusions de ce colloque...

Lettre de la CPU du 19 mai 2011 - n°69 spéciale colloque de Toulouse : "Une ambition - La licence" -

Après avoir consacré ses travaux de 2010 au Doctorat , la CPU a souhaité aborder le thème de la Licence et plus précisément de l’ensemble des diplômes qui constituent le cycle licence.

La CPU a d’emblée placé dans son colloque annuel le cycle licence comme une ambition pour notre pays, car si au cours de ces dernières années, de nombreux travaux ont été menés, notamment par le comité de suivi licence, afin de favoriser l’évolution du cursus licence et de lutter contre l’échec des étudiants, jamais le sujet de la licence n’avait été abordé dans le cadre d’une approche plus globale, en incluant dans la réflexion l’ensemble des acteurs participant à la construction de ce premier cycle, quelle que soit leur structure d’activité (Universités y compris les IUT, STS, CPGE…), et en se donnant comme objectifs la lisibilité, les finalités du cycle et sa cohérence.

De nombreux syndicats, associations, organisations et personnalités ont ainsi été reçus par le comité de pilotage de ce colloque qui avait, comme chaque année, pour objectif, de faire évoluer le service public d’enseignement et de recherche et de faire partager les préoccupations des universités à l’ensemble de leurs partenaires.

Les annonces faites par Madame la Ministre le 17 décembre 2010 sur « la nouvelle licence, un diplôme pour l’emploi » confirment une convergence de points de vue : le ministère est ainsi également conscient de l’indispensable consolidation de ce premier cycle universitaire qui est l’unique référence à l’étranger (le « bachelor »), mais qui n’est pas encore suffisamment considéré en France comme le niveau susceptible d’accueillir les meilleurs étudiants et d’irriguer l’enseignement supérieur.

Aujourd’hui la CPU propose une contribution à cette réflexion globale, qui va au–delà de la seule licence universitaire. Cette contribution pourra être prise en compte dans les mesures qui vont s’inscrire dans la seconde phase du plan pour la licence. Elle comporte deux nouveautés indispensables, du point de vue des présidents, et dont découle un ensemble de propositions ciblées : la première est de nature à répondre aux attentes des étudiants, la seconde à mobiliser les personnels de nos universités.

I°) Première proposition : le cycle licence doit être conçu comme un continuum depuis l’entrée au lycée jusqu’au niveau de la licence. Et à ce niveau trois principes doivent guider les parcours de formation proposés aux étudiants : lisibilité, fluidité, sécurité. Il s’agit de construire cette licence avec et pour les étudiants.

II°) La seconde proposition touche au cœur même de l’identité des universités : il faut attacher à chacune des formations en licence le même niveau d’ambition et d’exigence que celui que l’on place dans les laboratoires de recherche. Cette novation ne pourra être mise en œuvre que si l’ensemble des enseignants-chercheurs et, plus largement, de tous les personnels des universités, adhère à la nouvelle licence et se mobilise pour l’organiser. Cela implique une politique de recrutement adaptée, une politique de reconnaissance, d’évaluation et de valorisation de l’engagement et de l’activité des enseignants et enfin le développement de fonctions de soutien aux formations, à leur évaluation, et la mise à disposition de moyens humains équivalents à ceux qui sont mobilisés dans le domaine de la recherche.

Les orientations issues du colloque seront déclinées en propositions concrètes et précises soumises à la délibération des instances de la CPU lors de ses prochaines séances, elles ne seront pas un point d’aboutissement, mais un point de départ pour une nouvelle ambition, pour une refondation de la licence.

Les séances plénières du colloque peuvent être consultées sur le site de Canal U.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 155 / 179068

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Dossiers thématiques  Suivre la vie du site Formations   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License